Les Vagabonds de l'Imaginaire

Les Vagabonds de l'Imaginaire

Forum Officiel du Club de Jeu Montéchois
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 IX - Les goules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vincent
Grand Ancien
Grand Ancien
avatar

Messages : 640
Expérience : 990
Date d'inscription : 13/08/2009
Age : 23

MessageSujet: IX - Les goules   Dim 19 Fév - 13:26

le sang d’un vampire est puissant et son pouvoir peut être transmis. Il y a de cela très longtemps, les damnés ont découvert que les mortels buvant de leur sang acqué-raient une partie de leurs capacités surnaturelles ainsi que leurs terribles pulsions. Rapidement, il devint commun pour un vampire de conserver ses servants préférés, les nourrissant de son sang et les liant dans le même temps. Par ce procédé, un caïnite se créait une véritable armée de serviteurs immortels et loyaux : les goules.

La plupart des goules n’existent que part la volonté de leur maître, le domitor, et le servent loyalement en échange de vitae. Étant sensibles au lien de sang, les goules sont d’une loyauté sans faille envers leur maître, et s’il possède plus d’une goule, des tensions et des jalousies peuvent apparaître pour obtenir ses faveurs. La présence de vitae dans les veines des goules décuple leurs émotions, comme une véritable drogue, et il arrive parfois qu’une créature soit en proie à une rage destruc-trice et de sombres désirs. Le nom de goule n’a pas été choisi par hasard…

Type de goules
Vassaux

« Non, c’est toi qui vas m’écouter. Je me fous de savoir qui tu es, et avec qui tu es. La dame a demandé à n’être dérangée sous aucun prétexte, et elle ne sera pas dérangée. Capisce ? » Lorsque les vampires parlent de goules, il s’agit le  plus souvent des vassaux. Pour la majorité des caïnites,  il est même inconcevable de s’entourer d’un autre type  de goule, et pour certains, il s’agit même d’un blasphème. Les vassaux sont les plus normales des goules. Elles n’ont pas demandé leurs nouveaux pouvoirs, ni l’immortalité, mais elles ne s’en plaignent pas, notamment grâce au lien de sang. Elles ne connaissent certainement pas le quart de ce que sait un nouveau-né sur la société caïnite. Ces mortels réalisent qu’ils ont été choisis par une entité ancienne et puissante qui avait besoin de bras supplé-mentaires. Bien que sa source de vitae soit toujours présente, une goule vassale doit veiller à toujours bien se comporter avec son maître, où cette source liquide de puissance pourrait bien se tarir. Le plus difficile pour une goule est de vivre avec le sentiment qui la lie à son domitor : cet amour inconditionnel, total, passionné, plus puissant que tout ce qu’elle avait ressenti auparavant pour un être qui, au mieux, la traite avec dédain, et au pire, avec la plus abjecte cruauté.

Le plus triste est que la majorité des vassaux n’a pas la moindre idée de ce qui se trame autour d’elle. Ils ne comprennent pas leurs sentiments, ils ne savent pas quelle est la boisson miraculeuse que leur donne leur nouvel ami. Toutefois ils sont loyaux, même si ce n’est que pour que continue cette étrange magie qui les main-tient en vie. Ils ne veulent pas revenir à leur vie précé-dente, sans saveur, sans intérêt. Mais les goules qui sont maintenues à distance des secrets de la nuit sont les plus chanceuses, car une fois que le voile a été percé, que la Mascarade a été brisée, leur destin sera irrémédiablement lié à leur domitor.


Indépendants


« Vous savez aussi bien que moi que vous ne pouvez tout faire par vous-même. Avez-vous oublié que vous êtes exclusivement nocturne ? Faites-moi confiance, je suis fiable, et mon prix n’est pas si élevé que cela. »

Vous pensez qu’être accro à la vitae est difficile ? Essayez donc de vivre ainsi lorsque votre dealer veut vous abattre à vue. La voie des indépendants est la plus dure : les caïnites voient ces goules sans maître comme dangereuses et incontrôlables, et un vampire ne fait jamais confiance à ce qu’il ne peut pas maîtriser. Pour survivre, les goules indépendantes kidnappent le plus souvent un vampire pour avoir leur dose de vitae, alors que d’autres servent un caïnite comme un employé, s’occupant de ses affaires délicates en journée.

Les goules indépendantes ont de nombreuses origines, mais elles gardent souvent leurs distances avec les mortels. Elles ne sont les pions de personne, elles agissent libres de toute contrainte. Le plus souvent, ce sont des orphe-lines : leur domitor a été tué et ses ennemis ont peut-être laissé un ou deux de ses serviteurs s’enfuir. D’autre fois, l’orpheline a été une goule suffisamment longtemps pour savoir qu’elle vieillira en quelques mois si elle ne trouve pas de vitae. Le désespoir pousse souvent les indépen-dants dans cette voie sans issue.

Mais de nombreux indépendants ont des histoires bien plus complexes. Ils peuvent avoir découvert la société caïnites par accident et discerné le pouvoir de la vitae sur un mortel, d’autres encore ont été des adorateurs de sectes ayant découvert la puissance du sang au travers de rituels complexes, et quelques rares indépendants peuvent avoir été des tueurs cannibales ayant découvert les pouvoirs du sang vampirique sur eux. Même sans lien de sang, l’addiction à la vitae est telle que rares sont ceux qui arrivent à reprendre une vie de mortel après y avoir goûté.

Revenants

« Qu’y a-t-il ? Vous avez l’air… déconcerté. Ne le soyez pas, je vous en prie. Entrez donc, je veux vous présenter ma famille. Je suis sûr que vous serez à leur goût. »

Les revenants sont des goules dont la condition est devenue héréditaire, capables de générer leur propre vitae. Ces goules décadentes sont presque exclusivement au service du Sabbat, mais il existe des exceptions. Tous les désirs pervers d’une goule normale sont décuplés chez un revenant. La plupart des familles de revenants ont d’étranges penchants, comme le cannibalisme, les drogues ou le meurtre. Elles se voient comme supé-rieures à l’humanité, et en tant que telles, exemptées des codes moraux de la société. Certains revenants adorent les vampires tels des dieux, alors que d’autres aspirent à rejoindre les rangs des damnés. Les familles loyales de revenants n’ont que mépris pour l’humanité.

Les familles de revenants sont très claniques et indé-pendantes, et n’ont aucune confiance entre elles. Les Grimaldi et les Zantosa ont même été si souvent en conflit qu’ils ne s’approchent plus les uns des autres. Il arrive parfois qu’un revenant doive travailler avec une goule d’une famille rivale lorsqu’il y est obligé, mais personne n’aime cela.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
IX - Les goules
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les goules
» Goules GW
» Cherche 2 goules pour voyage en amoureux en Angleterre
» Comment faire une unité de 40 goules avec seulement 20
» Peindre des goules KoW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Vagabonds de l'Imaginaire :: 1re Campagne [Vincent] - Contemporain-
Sauter vers: